vendredi 7 décembre 2007

Impreuna, doar atat

"Et puis, qu'est-ce que ça veut dire, différents ? C'est de la foutaise, ton histoire de torchons et de serviettes... Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c'est leur connerie, pas leurs différences... "

"La urma urmei, ce inseamna diferiti? E o tampenie povestea ta despre carpe si servetele... Ceea ce impiedica oamenii sa traiasca impreuna e prostia lor si nu diferentele."

Camille Fauque artista, Franck Lestafier bucatarul, Philibert Marquet de la Durbellière aristocratul si Paulette Lestafier bunicuta, patru personaje reprezentand patru lumi diferite care in viata reala nu se ating, nu se amesteca. Insa cartea Anei Gavalda ne demonstreaza nu numai ca aceste lumi pot interactiona dar pot chiar sa se si aprecieze si sa se ajute reciproc.

Camille deseneaza. Sau mai bine spus, desena caci acum e femeie de serviciu usor alcoolica si aproape anorexica.
Philibert de la Durbelière, aristocrat de susa vinde carti postale intr-un muzeu. Mai bine zis le numara, iarasi si iarasi. E balbait si atins de TOC (tulburari obsesionale compulsive) dar e pasionat de istorie, are o educatie perfecta si un vocabular elevat.
Philibert il gazduieste pe Franck, bucatar a carui existenta se invarte in jurul femeilor, a motocicletei si a bunicii Paulette.
Paulette traieste singura, cade des si isi ascunde vanataile. E panicata la ideea de a muri departe de gradina ei.
Aceste patru personaje nu ar fi trebuit sa se intalneasca niciodata si totusi destinul i-a scuturat un pic. Povestea lor e ca principiul dominoului inversat. In loc sa cada pe rand se ridica reciproc.

Dincolo de povestea de dragoste dintre Franck si Camille (macho-ul si delicata? bucatarul gastronomic si anorexica? ) e o carte despre prietenie, despre relatiile complexe ce se pot stabili intre fiintele umane, despre ranile lor profunde dar si despre maniera nobila in care se sustin unul pe altul fara a avea aerul ca fac ceva deosebit.
De fapt cartea e greu de povestit, ea se citeste, se gusta la fel ca o felie de viata. E ca un video, personajele iti vorbesc, traiesc aievea, stilul e simplu, limbajul e cel cotidian, atunci cand inchizi cartea e ca si cum intrerupi o conversatie, ca si cum te opresti la jumatatea unui film si vrei neaparat sa cunosti urmarea. Fiecare din noi se poate regasi intr-un colt de pagina, intr-un personaj sau o situatie... cartea ne starneste emotii iar la sfarsit, cand o inchidem parca am vrea sa o luam de la cap.

Se spune ca exista traduceri ale romanului in peste 30 de limbi dintre care e una si in romaneste. Prezentarea cartii pe siteul editurii Polirom m-a facut insa sa-mi pun intrebari despre calitatea traducerii, Franck e prezentat ca un "chlener fara maniere" ceea e departe de adevar, un chelner nu are nimic de a face cu un sef bucatar in restaurantele gastronomice care e in felul lui un artist. Sper insa ca traducerea e mai buna decat cele cateva randuri ale editorilor si ca reuseste sa creeze cu cuvinte putine acea atmosfera aproape magica.

Cateva pasaje in original (traducerea e doar orientativa pentru cei ce se descurca deja in franceza),
****
Camille : « Ils sont comment vos parents ? »
Philibert : « Eh bien… »
― Empaillés ? Embaumés ? Plongés dans un bocal de formol avec des fleurs de lys ?
― Il y a un peu de ça en effet… s’amusait-il.
― Rassurez-moi, ils ne se déplacent en chaise à porteur tout de même ?!
― Non, mais c’est parce qu’ils ne trouvent plus de porteurs !

― Eh bien ma chère, aujourd’hui c’est très simple, vous avez devant les yeux un magnifique exemplaire d’Homo Dégénéraris, c'est-à-dire un être totalement inapte à la vie en société, décalé, saugrenu et parfaitement anachronique !



Camille: Cum sunt parintii dvs?
Philibert: Ei bine....
- Impaiati? Imbalsamati? Pusi intr-un borcan de formol impreuna cu o floare de crin?
- Putin din fiecare, aveti dreptate... se amuza el
- Sa nu-mi spuneti ca se deplaseaza in lectica totusi?
- Nu, dar asta doar pentru ca nu se mai gasesc oameni care sa o poarte
...
- Ei bine draga mea, azi e foarte simplu, aveti in fata dvs un exemplar de Homo Dégénéraris, adica o fiinta total inadaptata la viata in societate, decalat, bizar si perfect anacronic.

****
Ils trinquèrent.
-A l'avenir...
-Non. Surtout pas. A maintenant, le corrigea-t-elle. Aïe
-L'avenir euh... Tu... tu le...
Elle le regarda droit dans les yeux:
-Rassure-moi, on va pas tomber amoureux quand même?
Il fit semblant de s'étrangler.
-Am, orrrgl, argh... T'es folle ou quoi? Bien sûr que non!
-Ah! Tu m'as fait peur... On a déjà fait tellement de bêtises tous les deux...
-Ouai tu l'as dit. Note bien, on en est plus à une près maintenant...
-Si, moi si.
-Ah?
- Oui. Baisons, trinquons, allons nous promener, donnons-nous la main, attrape-moi par le cou et laisse-moi te courir si tu veux mais... Ne tombons pas amoureux... S'il te plait...
-Très bien je le note.
Pour la première fois et tous autant qu'ils étaient, ils eurent l'impression d'avoir una vraie famille. Mieux qu'une vraie d'ailleurs, une choisie, une voulue, une pour laquelle ils s'étaient battus et qui ne leur demandait rien d'autre en échange que d'être heureux ensemble. Même pas heureux d'ailleurs, ils n'étaient plus si exigeants. D'être ensemble c'est tout. Et déjà c'était inespéré.


Ciocnira.
- Pentru viitor...
- Nu, nici vorba. Pentru acum.. Auch
- Viitorul, hmm.. tu il..
- Sa nu-mi spui ca ai de gand sa te indragostesti.
El se preface ca se ineaca
- aaa, hm, .. Ai innebunit? sigur ca nu!
- ah, bine, ma speriasem. Am facut deja atatea prostii fiecare ...
- Mda, ai dreptate. In acelasi timp una in plus sau in minus...
- Nu, mie imi ajung

- Ah?
- Da, sa facem dragoste, sa ne plimbam, sa ne tinem de mana dar sa nu ne indragostim unul de altul... Te rog...
- Bine, s-a notat
Pentru prima data de cand se stiau aveau impresia ca au o familie adevarata. Mai mult decat una adevarata, una aleasa, dorita, una pentru care s-au lupat si care nu le cerea nimic in schimbul faptului de a fi fericiti impreuna. Nici macar de a fi fericiti dealtfel, nu mai erau atat de exigenti. Ci de a fi impreuna, doar atat. Si deja era peste asteptari
****
C’est une hypothèse. L’histoire n’ira pas assez loin pour le confirmer. Et puis nos certitudes ne tiennent jamais debout. Un jour on voudrait mourir et le lendemain on réalise qu’il suffisait de descendre quelques marches pour trouver le commutateur et y voir un peu plus clair… Pourtant ces quatre-là s’apprêtaient à vivre ce qui allait rester, peut-être, comme les plus beaux jours de leurs vies.
A partir de ce mo
ment précis où ils sont en train de lui montrer sa nouvelle maison en guettant, mi-émus, mi-inquiets, ses réactions et ses commentaires (elle n’en fera pas) et jusqu’au prochain badaboum du destin –ce plaisantin– un vent tiède soufflera sur leurs visages fatigués.
Une caresse, une trêve, un baume.
Sentimental Healing comme dirait l’autre…

Dans la famille Bras Cassés, nous avions désormais la grand-mère et même si la tribu n’était pas complète, elle ne le serait jamais, ils n’avaient pas l’intention de se laisser abattre.

Aux sept familles, ils étaient dans les choux ? Eh bien parlons poker ! Là, ils étaient servis et l’on appelait cela un carré. Bon, un carré d’as, peut-être pas… Trop de bosses, de bafouillages et de coutures dans tous les sens pour y prétendre mais… Hé ! Un carré !

Ce n’étaient pas de très bons joueurs, hélas…

Même concentrés. Même déterminés à garder la main pour une fois, comment demander à un chouan désarmé, à une fée fragile, à un garçon taillé dans l’échine et à une vieille dame couverte de bleus de savoir bluffer ?

Impossible.

Bah… tant pis… Une petite mise et des gains ridicules valaient toujours mieux que de se coucher.

E o ipoteza. Povestea nu merge atat de departe ca sa o confirme. Si la urma urmei certitudinile noastre nu stau niciodata in picioare. Intr-o zi am vrea sa murim iar a doua zi realizam ca era de ajuns sa coboram cateva trepte pentru a gasi un intrerupator care ne ajuta sa vedem putin mai clar... Totusi, aceste patru personaje se pregateau sa traiasca cele mai frumoase zile din viata lor. Incepand din momentul precis in care sunt pe cale sa-i prezinta noua locuinta, pandindu-i reatiile si comentariile (pe care nu le va face) jumatate emotionati, jumatate ingrijorati, si pana la viitorul bum al destinului -glumet- un vant caldut va sufla peste fetele lor obosite.

O mangaiere, o pauza, un balsam.

Sentimental Healing cum ar spune altii.

In familia "brate rupte" o avem de acum si pe bunica si chiar daca tribul nu era complet si nu va fi niciodata, nici unul din ei nu mi avea intentia de a se lasa doborat?
Ca la poker, acum erau serviti si aveau in mana un careu. Poate ca nu un careu de asi totusi, prea multe rani, prea multe greseli, prea multe cusaturi in toate sensurile dar, hei, aveau un careu!

Nu erau insa prea buni jucatori din pacate.

Chiar concentrati. Chiar hotarati sa pastreze avantajul macar acum, cum sa ceri unui contrarevolutionar dezaramat, unei zane fragile, unui tanar din topor si unei batranici pline de vanatai sa stie sa joace la cacealma?

Imposibil.

Si ce daca... O miza mica si castiguri ridicole sunt totusi mai bune decat mersul la culcare.

****
"Mais tu vois, si être intello ça veut dire aimer s'instruire, être curieux, attentif, admirer, s'émouvoir, essayer de comprendre comment tout ça tient debout et tenter de se coucher un peu moins con que la veille, alors oui, je le revendique totalement: non seulement je suis une intello, mais en plus je suis fière de l'être... Vachement fière, même..."

Dar, vezi tu, daca intelectual inseamna cineva caruia ii place sa se instruiasca, care e curios, atent, care e gata sa admire, sa se emotioneze , sa incerce sa inteleaga cum stau lucruile si sa adoarma in fiecare seara un pic mai putin prost decat fusese dimineata atunci da, revendic acest titlu: nu numai ca sunt o intelectuala dar sunt mandra de asta... Al naibii de mandra chiar.
****

Aucun commentaire: