jeudi 3 janvier 2008

Mon ami

Mon ami,
Je vais t'écrire en français car c'est la langue que tu comprenais. Quoique la langue que tu comprenais le mieux c'était celle de la tendresse, de l'amour inconditionnel et de l'amitié.
La langue de la bonne humeur et de la joie de vivre.
J'aurais voulu pouvoir te dire que n'ai jamais connu un être si gentil, si doux et si intelligent que toi. Et que tu vas me manquer. Beaucoup. Enormément...

Non, je ne vais pas mettre ici une photo de toi car la plus belle je la garde uniquement pour moi, c'est celle qui restera toujours dans ma mémoire et dans mon cœur.
Le reste? Le reste n'est que silence et solitude.

Aucun commentaire: