samedi 19 janvier 2008

Talibanii mioritici

"Ironiile sunt normale dar faptul ca ne simtim lezati de cate una ar trebui in primul rand sa ne faca sa ne intrebam pe noi insine de ce"
Rabinul Parisului

Revin la subiectul blasfemiilor pentru ca m-am apucat sa citesc comentariile de la linkul dat de anda la mesajul precedent si m-am amuzat (sau ingrozit uneori) de parerile talibanice de pe acolo. Blesteme, amenintari , treceri de pietoni supravegheate, tot arsenalul fanaticului scos la iveala de unii ce-si zic preoti, teologi sau simpli intoleranti.
Si asta fara macar ca acel clip sa fie vreo "ofensa" la adresa personajului principal, dimpotriva, il prezinta chiar ca pe un tip vesel si simpatic caruia insa sansa nu i-a suras prea tare. Unde e 'jignirea' aici? Filmul e amuzant si destul de bine realizat, e o parodie mai degraba reusita .
Recunosc insa ca nu e mai reusita decat Viata lui Brian :

Printre comentariile mai mult sau mai putin ofensate sau amenintatoare revine mereu unul care se vaita ca acest clip i-ar fi jignit "mama, tata, frate, sora si mai mult decat atat". Argumentul e insa pueril si foarte usor de combatut. In primul rand intr-o tara democrata, libera si laica chiar si acest lucru este permis atata vreme cat nici o lege nu e incalcata. Daca mama 'jignitului' ar fi o persoana publica, un personaj istoric sau unul mitologic ar trebui ca respectivul sa-si asume 'inrudirea' cu o celebritate si sa nu se ofuscheze atunci cand e criticata sau ironizata sau chiar ridiculizata uneori. Asta inseamna libertate de expresie oricat ar detesta fanaticii acest cuvant; personajele religiilor nu apartin doar unei comunitati ci fac parte din cultura umanitatii asa ca e dreptul ficaruia sa ii poata critica, ironiza sau caricaturiza.
Râsul nu-l poti impiedica, oamenii vor râde intotdeauna unii de altii, ceea ce pentru unii e sublim pentru altii e ridicol si provoaca hohote de râs... asta e natura umana. Nici amenintarile cu treceri de pietoni nesupravegheate, nici injuriile, ba chiar nici centurile cu explozivi nu vor stavili hohotele de râs, interzicerea râsului nu serveste la nimic, omu'va râde pe la spate, pe infundate dar va râde daca asa vrea el. Si apoi, ce-ar fi daca toate blondele s-ar simti ofensate de bancurile facute pe seama lor? Sau daca cei ce au in familie politisti ar da fac cartilor si filmelor care ii ridiculizeaza?

Libertatea de expresie nu inseamna ca trebuie sa râdem toti de acelasi lucru, inseamna sa-l lasam pe celalalt sa-si exprime opinia, oricat de socanta ni s-ar parea, atata vreme cat nu incalca nici o lege.

Sigur, in acelasi timp exista si libertatea religioasa, fiecare are dreptul de a crede si de a-si practica cultul insa asta nu inseamna libertatea de a impune celuilalt propriile credinte.
Daca eu cred in Leprechaun-ul verde (nu stiti cine e ala??! E o entitate atotputernica care va va trazni pe loc daca nu credeti si voi in el! ) si acesta imi cere sa ma dau de trei ori peste cap in fiecare vineri la ora 10h23 in scopul de a obtine un tichet pentru paradis... asta nu inseamna ca pot cere si altora sa faca acelasi lucru si nici macar ca le pot interzice sa se amuze pe seama acestor ritualuri. Fiecare ar trebui sa-si asume credintele dar si eventuala 'ofensa' adusa respetivelor obiecte de cult .

O alta solutie ar fi aceea ca ofensabilii sa faca o lista cu toate credintele existente, toate sectele si absolut toate personajele susceptibile de a fi caricaturizate (toti profetii si prietenii lor, toti sfintii din toate calendarele crestine, toate zeitatile hinduse, toate entitatile extraterestre ale sectelor new-age, toti zeii mai mici si mai mari ai tuturor triburilor africane, amazoniene, australiene etc). Aceasta lista sa fie difuzata in toate mediile artistice, sa fie inscrisa in toate legile presei din lume, sa fie difuzata pe blogosfera mondiala si sa se interzica cu desavarsire orice referire nerespectoasa la vreunu' din aceste personaje. Urmatoarea etapa va fi inscrierea acestei legi in toate codurile penale si pedepse aspre oricui o va incalca. Hopaa, asta suna cunoscut ... parca acu' cateva sute de ani delictul asta se numea blasfemie si parca era pedepsit cu moartea de catre o institutie numita .... Ptiu drace.

PS Pana atunci insa sa ne amuzam cu inca o parodie:

mercredi 16 janvier 2008

Topul blasfemiilor


Toate marile adevaruri au fost mai intai blasfemii
Bernard Shaw

Intr-o societate laica nu exista 'blasfemie", asta e o notiune strict religioasa. Biblia spune chiar ca trebuie pedepsita ca moartea (asta se si intampla pana nu demult) iar celelalte religii au acelasi ton si prevad aceeasi pedeapsa.
Hulitorul numelui Domnului să fie omorât neapărat; toată obştea să-l ucidă cu pietre. Sau străinul, sau băştinaşul, de va huli numele Domnului, să fie omorât.
Leviticul 24:6


Din fericire azi majoritatea tarilor garanteaza libertatea de constiinta si implicit libertatea de expresie. Prin urmare orice persoana are dreptul sa se exprime, chiar si despre subiecte religioase, chiar si ironizandu-le.
Ziarul Times a publicat acum cateva luni un clasament al blasfemiilor. De fapt e vorba de cateva carti, filme, opere de arta sau caricaturi. Intr-o societate libera nimeni nu isi poate aroga dreptul de a cenzura artistii, orice ar avea acestia de transmis.

Un asemenea subiect propus credinciosilor poate starni insa valuri de indignare pe forumuri de discutii, cadelnite agitate in aer si blesteme virtuale chiar daca ei nici macar nu se vor obosi sa citeasca articolul (ptiu, ptiu Doamne fereste). Ceea ce ilustreaza foarte bine atitudinea religiosilor, absenta spiritului critic, lipsa desavarsita a simtului umorului precum si teama paranoica de a nu fi ridiculizati. (asta din urma provine probabil din faptul ca ei insisi isi dau seama de ridicolul credintelor lor chiar daca n-o recunosc de aceea nu suporta nici o parere critica sau ironica la adresa miturilor in care cred)

Revenind insa la clasamentul propus de Times, criteriile dupa care s-a construit acest "top" nu sunt cele mai potrivite. Daca ar fi sa ne luam dupa numarul de morti si impactul politic sau religios al unor opere, nu caricaturile danezilor ar trebui sa ocupe primul loc ci ... chiar scrierile religioase. Incest, razbunari, violenta, ura, fratriciduri, genocid, sex, poligamie, intoleranta, misoginism, rasism, indemnuri la uciderea tuturor celor care gandesc diferit... cartile religioase (Biblia, Coran, Torah) abunda de astfel de povesti. Descrierea unui Dzeu crud si razbunator , o fiinta 'superioara' care se preocupa foarte mult de merele sale dar caruia nu-i pasa de proprii copii e mult mai ofensator decat orice desen animat cu popi. Pe langa 'istoriile' povestite de religii caricaturile danezilor sau Iisus din ciocolata par doar glume nevinovate.

Asta ca sa nu ne mai amintim de numarul de morti provocat de interpretarea acestor 'opere', incepand de la Inchizitie si pana la actele teroriste de azi, in numele lui Yahve, Iisus sau Mohamed, mii de fanatici de-a lungul timpului au comis crime impotriva umanitatii. Crestinii au inventat Cruciadele si Inchizitia, crestinii "nascuti din nou" de peste ocean il amesteca si azi pe Dzeu in toate afacerile lor mai mult sau mai putin belicoase, musulmanii arunca bombe in numele lui Allah... nu-s toate astea blasfemii?

In plus, doctrina fiecarei secte religioase e o blasfemie la adresa celorlalte, cine sustine contrariul fie nu stie care sunt dogmele principalelor religii fie habar n-are ce e inseamna blasfemie. Musulmanii nu recunosc originea divina a lui Iisus (blasfemie din punct de vedere crestin), crestinii nu recunosc revelatia divina a Coranului catre Mohamed (blasfemie inca pedepsita prin lege in unele state musulmane). etc

O alta 'blasfemie' este Creationismul. Afirmatia conforma careia omul (atat de imperfect) ar fi fost creat de o fiinta superioara e o insulta la adresa inteligentei acesteia. Nu mai zic de ce, am mai spus

Aceeasi afirmatie se poate face si despre natura, nici cea mai perversa gandire nu ar putea imaginea cruzimea comportamentelor existente in lumea animala. Iata numai un exemplu (din nenumaratele pe care le intalnim la tot pasul, sub nasul nostru, trebuie doar sa judecam cu propria minte si dincolo de dogme): gandacul zombie (nu pun filmul aici pentru ca e oribil) care are parte de o moarte atroce daca din intamplare ii iese in cale o specie de viespe polineziana, Ampulex Compressa. Aceasta poseda o substanta care odata inoculata paralizeaza total prada. Mica viespe utilizeaza astfel gandacul paralizat pe post de .. carne proaspata pentru larvele dumneaei, cu alte cuvinte bietul gandac e devorat din interior, de viu, timp de mai multe zile. Cei ce spun ca o inteligenta infinit buna si milostiva ar fi putut imagina o astfel de soarta pentru o fiinta tot de ea creata rostesc o blasfemie mult mai mare decat orice parodie hollywoodiana.

Un alt loc in clasamentul blasfemiilor ar trebui ocupat de cei ce sustin ca 'ofensa' adusa divinitatii ar trebui pedepsita. Aceasta presupune ca o fiinta atotputernica, omniscienta si omniprezenta are avea nevoie de aparatori din oficiu. De incendiatori de ambasade, demolatori de teatre si cenzori literari. Daca blasfemele ar deranja-o ar putea sa se apere si singura, ideea ca ar avea nevoie de ajutorul credinciosilor nu e decat o (alta) blasfemie.

Li se cere artistilor si tuturor celor ce gandesc liber sa respecte religiile? Ar trebui sa inceapa prin a se respecta intre ele si pe aceia care gandesc diferit.

lundi 7 janvier 2008

Raspunsuri la micul test stiintific

Iata si raspunsurile la testul de vineri .
Multi mi-au reprosat ca sunt intrebari simple, de clasa saptea. Pai asta a fost si intentia, d'aia se numea de cultura generala, sunt lucruri care ar trebui stiute de toata lumea pentru ca se invata in scoala generala. Numai ca, asa "simple" cum au fost, nimeni n-a avut nota 10 din 10:)

1) Raspuns (c ) : in timpul unei eruptii vulcanice sunt propulsate in stratosfera mii de tone de particule de magma. Acestea pot stagna acolo timp de cateva luni sau chiar ani si vor deveni un obstacol pentru razele solare. De aceea o eruptie violenta poate contribui la racirea climei.

2) Raspuns (b) : glucoza este principala sursa de energie a celulelor.

3) Raspuns (a) : cianobacteriile, celulele fara nucleu, au aparut un oceane "doar" la un miliard de ani dupa formarea Terrei.

4) Raspuns(b) : este simtul care asociaza pipaitul cu capacitatea de perceptie in spatiu a propriului corp. Acest lucru e posibil datorita extremitatilor nervoase situate in piele sau muschi.

5) Raspunsuri (a), (b) et (c) : hidrogenul si heliul vin din big-bang, oxigenul si carbonul vin din stele (de ex soarele) iar aurul si argintul din supernove (stele ajunse la sfarsitul vietii)

6) Raspuns (b) : forta slaba, responsabilă de transformarea unui neutron într-un proton

7) Raspuns (b) : apa terestra, din care 96,5% se gaseste in oceane, ar putea fi pastrata intr-un glob abia de cateva mai mare decat teritoriul Romaniei!

8) Raspuns (a) : unii s-au grabit sa raspunda si au confundat vatmanul cu un material "supraconductor" :)

9) Raspuns (c ) : globul de fier si mingea de tenis ating pamantul in acelasi timp. Acceleratia in cadere libera (zisa si gravitationala) este aceeasi indiferent de masa obiectului care cade (dixit Galilei si Sir Newton)

10) Raspuns (b) : « N » este simbolul azotului (din englezescul nitrogen).

dimanche 6 janvier 2008

Saturnaliile

Ziua de 6 ianuarie inseamna mai peste tot in lume si sfarsitul sarbatorilor de iarna, vacantele se termina, mancarea deasmenea, incep muncile si regimul. In timp ce in Romania azi da 'gerul bobotezei' iar crestinii se omoara in bataie pentru cateva picaturi de "apa sfintita", fratii francezi intru latinitate serbeaza Epiphanie (din grecul "aparitie") si se delecteaza cu "galette de rois" si cidru sec-intepator. Galette de rois e un fel de placinta cu crema de migdale, excelenta dealtfel. In interior se ascunde o figurina, o mica statueta de portelan (uneori insa poate fi o bijuterie de aur sau argint), fericitul care gaseste 'fève' (asa o cheama) primeste o coroana si e proclamat rege pentru o seara. Ca mai toate sarbatorile crestine, nici aceasta traditie nu are nimic de a face cu prezentarea pruncului Iisus in fata magilor asa cum sustine biserica, ci provine din Saturnaliile romane. Romanii utilizau "fève"-ul gasit ca buletin de vot pentru alegerea regelui.
Obiceiuri similare sunt regasite si in alte locuri din lume:
* king cake in sudul Statelor Unite;
* tortell in Catalonia;
* bolo rei in Portugalia;

In Romania crestinii sarbatoresc "Boboteaza", ziua in care Iisus a fost botezat de catre Ioan Botezatorul in apele Iordanului (asa spune legenda). Asta presupune o sumedenie de traditii si obiceiuri, care mai de care mai pagane: apele sfintite, recuperarea unei cruci din apele inghetate, busuioc sub perna ca sa-si viseze fetele mari ursitul etc.Cum insa toate obiceiurile religioase in ultima vreme au capatat in mintea poporului dimensiuni gigantesti, a devenit de o importanta capitala ca lumea sa umple bidoane si damigeni cu Agheasma mare (aia s-o face cu apa grea?), soboare de preoti 'sfintesc' uzinele de apa (asta inseamna ca si la WC tragem apa sfintita??), unii se apuca si sfintesc pana si Marea Neagra (turcii ce parere or avea despre asta?)
In alte parti popii arunca crucea din elicoptere militare... (asta ma face sa ma gandesc la nebunul care arunca o piatra in apa si la gloata care se repede s-o caute) iar oamenii se calca in picioare pentru o sticla de 'apa sfintita' despre care ziare serioase (??) se inghesuie sa declare ca 'nu se strica' si ca are 'puteri miraculoase'.
Imaginile de mai jos par a fi turnate in evul mediu sau undeva prin Afganistan, nicidecum intr-o democratie laica europeana.

samedi 5 janvier 2008

Retorica de doi ani

Aca face fraze. Ei, nu chiar ceea ce s-ar numi retorica sau vreun discurs elaborat insa trecerea de la silabe la propozitii e ca un salt de la maimuta la om:)
Frazele Acai:
- mama chie (mama scrie)
- papa nani (papa face nani)
- pisicusa maca (pisicuta mananca)
- coada multa (coada lunga)
- auz apa (i'auz apa)
- ute aca (uite-o pe Alexandra -in poze-)
- e fic (e frig)
- ie pac (pe cap -sa punem caciula-)
- nu poua, e soaie (nu ploua, e soare -cand se uita la meteo-)

- Alexandra, ce esti tu, fetita sau copil?
- Aca

Pe "Nu vreau" l-a inlocuit cu "Nu pot":
- Alexandra, maine vine Fransoaz!
- Nu pot!




vendredi 4 janvier 2008

Mic test de cultura stiintifica


Din ce in ce mai multe personaje, celebritati sau oameni obisnuiti, isi dau cu parerea cu aer de atotcunoscatori despre orice domeniu, de la evolutia vietii pana la incalzirea globala, de la aparitia vietii pe terra pana la noile surse de energie.
Multi debiteaza tampenii, demne de evul mediu, insa asta n-ar fi atat de grav daca n-ar avea aerul ca le cunosc din "surse stiintifice" documentate...
Prin urmare, pentru azi doar un mic test de cultura generala stiintifica .
Raspunsurile, in weekend !

1) Eruptiile vulcanice au vreo influenta asupra incalzirii climatului?
a) ce prostie!
b) da, magma incalzeste
c) nu, magma raceste

2) Aceasta molecula e principala sursa de energie a celulelor. Care e numele ei?
a) aloza
b) glucoza.
c) celuloza.

3) Viata pe Terra a aparut in urma cu:
a) 3,5 miliarde de ani.
b) 350 milioane de ani.
c) 35 000 ani.

4) Somestezia este:
a) O boala psihica
b) O facultate senzoriala
c) Titlul unui poem

5) Atomii care ne alcatuiesc provin :
a) din big bang.
b) din stele
c) din supernove.

6) Nu exista decat 4 forte fundamentale: forta electromagnetica, forta tare, gravitatia si:

a) …forta nucleara
b) …forta slaba
c) …forta centrifuga

7) Toata apa prezenta pe Terra (dulce sau sarata) poate fi pastrata intr-o sfera cu diametrul de:
a) 140 km.
b) 1 400 km.
c) 1,4 millioane de km.

8) Un superconductor este :
a) Un vatman experimentat
b) Un material care, odata racit, lasa sa treaca curentul fara a se incalzi

9) Daca lasam sa cada de la aceeasi inaltime o bila de fier si una de tenis:
a) cea mai grea va atinge prima solul
b) cea mai usoara va atinge prima solul
c) Vor atinge solul in acelasi moment

10) « N », e simbolul chimic:
a) al neonului.
b) al azotului.
c) al sodiului.
d) al nickelului.
Succes!

jeudi 3 janvier 2008

Le 31ème passager

Si le Capitaine Ringt, seul maître à bord après Dieu, était sujet à la plus infime appréhension pour cette manœuvre d’accostage, pas le moindre indice ne saurait en donner le soupçon. Fermement établi sur ses deux jambes, il édicte avec une impassible assurance des ordres brefs à son second. Vue des passagers, sa stricte et immobile silhouette se détache avec netteté sur le ciel, faisant écho à la remarquable ligne de la Statue de la Liberté. Captain Ringt ne peut s’empêcher de songer que le colosse de pierre, érigé sur l’île de Bedloe voisine (1), a exactement le même âge que le mastodonte d’acier qu’il vient une fois encore de mener à travers l’Atlantique. Car le S. S. Saale, sorti en 1886 des chantiers navals de la Fairfield Shipbuilding & Engineering Company, à Glasgow, ne fait certes pas pâle figure face à la dame de Bartholdi : plus de 450 pieds de long et 48 de large, un tonnage dépassant les 5200 tonnes permettent de convoyer plus de 1200 passagers. Mû par trois puissants moteurs à vapeur, son hélice parvient à propulser le géant à la vitesse stupéfiante de 17 nœuds. (2) Et en ce matin du 26 septembre, voici l’île Ellis, passage obligé pour l’immigration vers les Etats-Unis. En effet, depuis le 1er janvier de cette même année 1892, tous les arrivants doivent se faire connaître, mentionner leur spécialité, déclamer leur nationalité, leurs lieux d’embarcation et de destination.

La traversée est souvent éprouvante pour des individus n’ayant jamais mis les pieds sur un navire, a fortiori sans avoir encore de leur vie contemplé un océan. Beaucoup proviennent d’Europe centrale et rares sont ceux sachant tenir dignement leur rang – le fait qu’il s’agisse de premières classes n’y est pour rien.

Cette fois-ci encore le transatlantique a été un peu trop secoué au goût des passagers. Oh, rien d’étonnant, ni même hors du commun, en tout cas aucun motif d’inquiétude pour un marin digne de ce nom. Cette année, la saison des cyclones a commencé dès la mi-juin et se prolongera vraisemblablement, comme chaque saison, jusqu’à la fin de l’automne. Deux tempêtes aux trajectoires bien différentes – la première, exclusivement maritime, a réussi à traverser l’Atlantique jusqu’au large des côtes espagnoles, alors que la deuxième trouva assez d’énergie pour remonter le continent américain jusqu’au Groenland – se sont apaisées le même jour, précisément le 17 septembre, alors que le vaisseau quittait Brême. Et 9 jours plus tard, à l’accostage aux Amériques, le capitaine apprend qu’un dernier ouragan s’était subitement matérialisé au large de la cité mexicaine Cuidad del Carmen, avant de traverser le Yucatán où, faute de pouvoir soutirer à l’océan son énergie cataclysmique, il devait rendre à la terre une part de sa vigueur. Mais dès le contact avec les eaux chaleureuses du Golfe du Mexique, le cyclone s’est muté en un monstre tempétueux, se précipitant enfin sur le Texas pour venir s’asphyxier quelque part sur le continent. Aucune de ces tempêtes n’a croisé la course du S. S. Saale. Peut-être les séquelles d’un autre cyclone, le cinquième de la saison et épuisé en mer le 23 septembre aux parages du 37° nord et 40° ouest, pas si loin de la course du navire, a-t-il pu donner au transatlantique l’occasion d’illustrer son aisance par temps un peu fort. (3) Il n’en fallait guère plus pour inciter les premières classes invitées à la table du capitaine à déclarer forfait, une à une, vaincues par le persévérant roulis imprimé au bâtiment. Toutes, sauf une. Ringt se souvient encore de cet Autrichien à la tête de boucher qui se permit de lui demander, un verre liquoreux en main :

- Capitaine, n’y a-t-il pas une manière de décrire l’intensité des tempêtes maritimes ?

- Elle existe déjà. Cela dit, pourquoi ne proposez-vous pas votre propre échelle des ouragans, Herr Dvořák ? (4)

- Pas mon métier. Mais le bruit de tous les diables que fait cet océan en trimballant ce bateau (Ringt réprima un sursaut. Son bateau n’était pas du tout trimballé, ces fichus terriens n’ont aucune culture de la traversée. Et puis ce n’était nullement un vulgaire bateau mais bien un navire à la pointe du progrès) m’inspirerait assez une nouvelle symphonie, ou bien un concerto d’un nouveau genre. Oui, voilà qui pourrait être bien, une symphonie Neptune. (il éclusa son verre). Ou une œuvre où chaque mouvement aura un instrument soliste, mais à chaque fois un instrument différent. (5) Voyez ?

La capitaine soupira. Revoilà qu’on parle de musique. Déjà au cours du repas un énergumène exalté lui avait vanté les mérites d’un de ses jeunes élèves, à coup sûr un très grand compositeur, celui que l’Amérique attend, un certain Charles Ives, oui, telle était l’opinion de Dudley Buck. (6) Un autre passager de première, Albert Munsel, s’était alors manifesté comme musicien. Mais les orientations de la musique moderne l’effrayaient, et il se posait la question de mettre son esprit à l’œuvre dans un autre domaine artistique. La peinture, par exemple. Il pensait que la discipline devait s’allier à la science pour proposer aux artistes une nomenclature raisonnée de toutes les couleurs et nuances possibles. N’est-ce pas là un idéal merveilleux pour le siècle qui s’annonce ? (7)
« La peinture, je m’y connais un peu, même si je suis avant tout un sculpteur », s’exclama le dénommé Louis Diederich. « Et croyez-moi, il y a encore de grandes choses et surtout de grands hommes à dépeindre dans le Nouveau Monde ! » (8)
Sur cette envolée lyrique il s’était solennellement dressé, un verre à la main, mais devant le peu d’empressement des convives à lui rendre la pareille – une bonne partie des femmes et des enfants avait déjà quitté le salon pour des milieux plus adaptés à leurs exigences physiologiques, et les derniers convives faisaient leur possible pour conserver un visage avenant – il se contenta de le porter à ses lèvres sans en goûter le liquide. Il le remit sur la table, se rassit, se releva promptement et s’excusa à son tour.
Une voix suave se fit entendre. « L’art, c’est très bien. Mais que serait donc l’artiste sans le Créateur qui l’inspire et s’exprime à travers lui ? ». Les regards se tournèrent vers un individu discret et strictement vêtu, d’une grande pâleur que rehaussaient ses atours monotones. « Je m’appelle Francis Brown. Je suis théologien, voici mon épouse Louise et mes trois enfants : Julius Arthur, Nathalie et Elisabeth. » (9)

- Théologien ? interrogea laconiquement Ringt. Le capitaine appréciait avec modération les ecclésiastiques et tout ce qui s’en approchait, à bord de ses navires. Quelque ait été sa position envers Dieu et ce qui gravite autour, il entendait rester l’unique autorité auprès de tout ce qui se mouvait à bord du paquebot.

- Oui, Capitaine. J’ai récemment entrepris l’enseignement de l’Hébreu et des langues apparentées. Nous avons encore tant à apprendre de la Syrie des autres pays levantins, berceau de l’enseignement du Christ. Il ne s’agit naturellement pas de rétablir le pape en Palestine, ajouta-t-il en souriant, faisant allusion à l’ingénieur Hamelin dans le roman d’Emile Zola l’Argent. Mais ce monde délétère a besoin de repères fermes, historiques, pour ne pas sombrer dans l’inconséquence, ne croyez-vous pas ?

- Mais oui ! s'écria Dudley Buck. Les chants d’église représentent la nouvelle musique américaine, pour sûr. Et la musique pour orgue ! Si seulement vous entendiez ce que fait le petit Ives avec ce merveilleux instrument !

- J’ajoute que je suis aussi Docteur en Philosophie et en Divinité depuis huit années, continua imperturbablement Francis Brown, comme s’il n’avait pas entendu l’inopportune exclamation de Buck.

- Papa Antonius ! Dis-leur que toi aussi tu es Docteur en Philosophie !

Un jeune garçon d’une dizaine d’années interpella ainsi l’Autrichien à la tête de boucher. Oui, son père était docteur en Philosophie de l’Académie de Prague. Son diplôme, rédigé en langue latine, proclamait l’élévation d’Antonius Dvořák au rang de Docteur en Philosophie. Et c’est ce titre de docteur et ce prénom d’Antonius que Dvořák avait choisis de donner au registre d’embarquement. Il entend ainsi débarquer aux Etats-Unis en héritier d’une culture enracinée en Europe, et dépasser la querelle avec Simrock – son éditeur allemand qu’il a laissé brouillé outre-Atlantique – au sujet de l’orthographe véritable de son prénom. Antonín pour les Tchèques, Anton pour les Allemands, Antal pour les Hongrois, Antoine pour les Français ? Eh bien, son prénom sera Antonius, le temps d’un voyage.
Il posa un regard abstrus sur son fils, prénommé comme lui Antonín. Le garçon avait ainsi pu conserver son prénom original pour la traversée, faisant l’économie du diminutif Tonik. Anna intercepta le regard de son mari.

- Allez, les enfants, il faut partir maintenant. Dites au revoir. Merci, capitaine.

Le départ d’Antonín et sa sœur Otylie entraîna celui de Josef Kovařík. Le jeune homme tout juste âgé de 22 ans, lui aussi musicien, s’était joint aux Dvořák pour la croisière. Sa famille est installée à Spillville, dans l’Iowa, et c’est là-bas qu’il escompte se rendre sitôt débarqué. Il a dans l’idée d’inviter le compositeur à séjourner quelque temps dans cette paisible bourgade jadis fondée par des exilés tchèques. (10) Kovařík se demande parfois comment les Dvořák, si attachés à la nature et peu à l’aise en milieu urbain, appréhenderont la frénétique vie new-yorkaise. Mais dans l’immédiat son unique urgence est d’assurer une sortie honorable du salon des premières, en dépit de la houle tenace.

- Ainsi, vous êtes docteur en philosophie. Sur quoi a porté votre thèse de doctorat ?

Francis Brown désirait lui aussi regagner ses quartiers et se mettre au repos en attendant une salutaire et hypothétique accalmie, mais auparavant il était curieux d’évaluer les dispositions intellectuelles de l’un de ses pairs.

- Ma thèse ? Non. Pas de thèse. Doctor Honoris Causa. Honorifique !

- Ah !… Mais votre discours de réception, sur quoi a-t-il donc porté ?

Brown entendit une réponse confuse où il était question d’ouverture, de nature, de carnaval et de symphonie en sol. Puis Dvořák évoqua pêle-mêle Shakespeare, l’empereur François-Joseph et fit mention d’un pénible discours en satané latin à l’Université de Cambridge. (11) Le théologien, interdit, rechercha un instant ses mots et jugea en définitive préférable de prendre congé. Son visage reflétait un mélange de lassitude et de perplexité. Désormais seul avec le capitaine, le compositeur continuait à parler tout en savourant sa liqueur.
Master Ringt réalisait obscurément que le discours portait à présent sur les Indiens Peaux-Rouges. Une histoire visiblement avait marqué l’Autrichien, quelque chose comme le « champ de Ailla-Ouate ». Le capitaine conclut in petto qu’il devait s’agir d’une aventure de Winnetou qui lui échappait. Qui d’autre que le célèbrissime Karl May aurait pu décrire avec tant de talent les grands espaces peuplés de Peaux-Rouges inquiétants, heureusement civilisés au contact de chrétiens blancs comme Old Suterland ? (12)

- Paré à l’accostage ! Coupez les moteurs !

Le sifflet criard du chef d’équipage mit aussitôt fin aux réflexions du capitaine sur les péripéties du voyage. L’ultime manœuvre d’appareillement vient de s’achever. Dans quelques minutes, les deux-cent quatre-vingt dix huit adultes, vingt-et-un enfants et quatre nourrissons des première et deuxième cabines entreprendront de débarquer sur Ellis Island, suivis par les centaines d’émigrants logés dans le confort précaire de la troisième classe. Une journée de quarantaine est obligatoire pour tout ce beau monde avant de rejoindre New York proprement dit.

- - Papa ! Pourquoi est-ce que tu ne construis pas toi aussi une statue comme Felix Mendelssohn ?

Ringt reconnu la voix du fils du compositeur tchèque, quelque part dans la foule s’apprêtant à débarquer. Une voix féminine lui répondit.

- Ce n’est pas le même Bartoldi, chéri. Celui de la statue était Français. Mais ton père laissera lui aussi quelque chose d’extraordinaire aux Américains. N’est-ce pas, Dr Antonius ?

Et c’est, en effet, ce qui devait arriver. (13)

Notes

(1) Aujourd’hui, Liberty Island.

(2) Le S. S. Saale assure la traversée vers New York depuis Brême ou la Méditerranée jusqu’à la fin du siècle. Le 30 juin 1900, il est gravement endommagé par le grand incendie du port d’Hoboken. Plusieurs dizaines d’hommes d’équipage périssent (voir www.pier3.org). Il est alors revendu à la Luckenbach Line, American flag. Sous le nom de J. L. Luckenbach, il est affecté au transport de fret. En 1924, le navire est rebaptisé
Princess, puis Madison, avant d’être démantelé en Italie cette même année.
Voir www.ellisisland.org. Ce site propose aussi la liste des passagers ayant débarqué sur l’île Ellis. Dvořák est enregistré comme le numéro 31 sur le registre du S. S. Saale daté du 26 septembre 1892.

(3) Sur la saison des ouragans 1892, voir www.aoml.noaa.gov/general/lib/lib1/nhclib/mwreviews/1892.pdf. A noter que, sans doute dans la fièvre de l’arrivée, la trajectoire du cinquième cyclone n’est pas exactement celle que l’on a indiquée au capitaine, puisque la tempête ne traversa nullement la péninsule du Yucatán.

(4) La boutade de Ringt trouvera cependant une concrétisation près d’un siècle plus tard. L’échelle de Dvorak est aujourd’hui fréquemment utilisée pour catégoriser les ouragans en fonction de leur intensité.

(5) La symphonie Neptune est restée à l’état de projet (numéro de catalogue B. 402, 1893), tout comme le Concerto pour orchestre de cette même année (B. 413). Dvořák envisageait en effet une œuvre concertante où chaque mouvement aurait son propre soliste.

(6) Dudley Buck (1839-1909) fut le professeur du jeune Charles Ives. Il composa de nombreuses pièces pour orgue.

(7) Albert H. Munsel (1858-1918) laissera à la postérité un système de notation des couleurs, encore utilisé de nos jours.

(8) Né en Allemagne, Louis Diederich et sa famille s’installent à Baltimore. Peintre autodidacte, il étudie ensuite au Maryland Institute of Art avant d’en devenir un professeur. Il sera le peintre du sénat américain.

(9) Théologien célèbre de son temps, Francis Brown (1849-1916) est titulaire d’un doctorat en philosophie décerné par le Hamilton College (1884). Il obtient le titre de docteur en divinité (!) auprès du Darmouth College (1884), de l’Université de Yale (1894), de l’Université de Glasgow (1901), de Williams College (1908) et de Harvard (1909). En 1901, Oxford lui accorde un doctorat de littérature alors que Darmouth le nomme Docteur ès lois. En 1911, il est accusé d’hérésie mais l’instruction le blanchit. Son fils Julius Arthur Brown enseignera au Liban.

(10) Dvořák acceptera l’invitation de Kovařík et passera ses vacances d’été 1893 à Spillville. Il y composera ses quatuor et quintette dits Américains.

(11) L’Université Tchèque Charles Ferdinand de Prague décerne à « Antonius Dvořák » le diplôme de docteur honorifique en philosophie le 17 mars 1891, après une longue attente de l’accord de l’empereur François-Joseph. Trois mois plus tard, il est cette fois reçu Docteur Honoris Causa de l’Université de Cambridge. La cérémonie a lieu en latin, devant un Dvořák embarrassé : « J’écoutais à gauche, à droite, et je n’arrivais pas à savoir ce que je devais écouter. Quand enfin je compris que l’on s’adressait à moi je fus comme pétrifié. J’avais honte de ne pas savoir parler latin. ». Dvořák dédie en témoignage de reconnaissance son ouverture Carnaval à l’Université Charles Ferdinand de Prague, et l’ouverture Dans la nature à l’Université de Cambridge. Il gratifie cette dernière de sa Huitième symphonie en sol majeur qu’il choisit de diriger en guise de discours de réception. Voir dans le livre Un musicien par-delà les frontières, le chapitre consacré aux Honneurs impériaux et internationaux.

(12) Alors que Ringt évoque le héros indien de Karl May, écrivain populaire allemand n’ayant jamais mis les pieds en Amérique, Dvořák parle évidemment du merveilleux Chant de Hiawatha de Longfellow.

(13) Voir l'article Ce jour-là, notre monde changea. Si tous les dialogues sont fictifs, le nom et les attributions des différents personnages de cette nouvelle sont rigoureusement authentiques.





Powered by WebRing.



Mon ami

Mon ami,
Je vais t'écrire en français car c'est la langue que tu comprenais. Quoique la langue que tu comprenais le mieux c'était celle de la tendresse, de l'amour inconditionnel et de l'amitié.
La langue de la bonne humeur et de la joie de vivre.
J'aurais voulu pouvoir te dire que n'ai jamais connu un être si gentil, si doux et si intelligent que toi. Et que tu vas me manquer. Beaucoup. Enormément...

Non, je ne vais pas mettre ici une photo de toi car la plus belle je la garde uniquement pour moi, c'est celle qui restera toujours dans ma mémoire et dans mon cœur.
Le reste? Le reste n'est que silence et solitude.